Qui est-il ?

Michel SCIFO est né à Arles, il y a un peu plus d’un demi-siècle, presque deux-tiers de siècle ; depuis 1999, il vit, la plupart du temps, en région grenobloise. Petit-fils d’un colporteur italien naturalisé, d’un cantonnier provençal & de leurs épouses respectives, humoriste patenté, économiste de formation, ayant, également étudié les bases du droit, de la sociologie, de la psychologie sociale & de la psychologie du travail, ayant une expérience d’ingénieur-conseil en informatique & en gestion, syndicaliste solidaire & adhérent sporadique d’associations telles Amnesty International ou Slow Food, entre autres, il travaille comme formateur & conseiller en formation à l’Association de Formation Professionnelle des Adultes.

Grand lecteur, il se met à écrire en 2001. Six essais & trois manuels informatiques s’inscrivent dans le prolongement de la réflexion sur le personnalisme solidaire &, pluis particulièrement sur la culture, développée dans Contre les solutions simplistes en 2001. Président de l’ARDEUR (Association pour la Réhabilitation De l’Esperluette Uniformément Répartie), il emploie ce symbole, noté « & » ou « & », pour remplacer la conjonction « et ».

◦○☺○◦

Son oeuvre

La diffusion des écrits de Michel Scifo sera gratuite pour les versions électroniques des textes n’ayant pas d’édition papier.Cette diffusion se fera au format pdf, le seul permettant une mise en page numérique identique à celle d’un texte imprimé.</p>

Quand un texte aura été imprimée sa version numérique sera protégée & vendue. Nous savons qu’il compte bientôt imprimer Lecture, Culture & fantasies, mais comme nous ignorons quand, nous le lui avons demandé pour vous.

◦○☺○◦

— Le Maître Réfleur (LMR) : Avant d’en venir à la question clé, qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?

— Michel Scifo (MSO) :

Écrire est devenu une de mes occupations favorites, mais je n’ai commencé à écrire, avec plaisir, presque quinquagénaire, que pour faire le point avec moi-même. En effet, j’ai réalisé en juin 2000 qu’à force de toujours soutenir le contraire des propos de mes interlocuteurs (ceux-ci variant de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par le centre & l’écologie), je ne savais plus très bien ce que je pensais réellement.

◦○☺○◦

— LMR : Qu’écrivez-vous ?

— MSO

Contrairement à l’apparence, il me semble beaucoup plus compliqué d’écrire des œuvres de fictions que d’autres de réflexions ou des supports de cours. C’est pourquoi je n’en écris pas. Par conséquent j’écris des essais, des chroniques, pour exprimer mes idées, des supports de cours pour aider mes stagiaires, des recettes de cuisine & des traductions de règle de jeux.

◦○☺○◦

— LMR : Pourquoi des textes en couleurs ?

— MSO

Parce qu’ayant constaté sur des pages web que de courts passages colorés facilitaient la lecture, j’ai tenté d’obtenir le même résultat avec mes livres, avec mes couleurs préférées, le vert & le rouge sombres des poivrons.

◦○☺○◦

— LMR : Qu’est-ce que ce signe « & » ?

— MSO

Ce caractère, nommé esperluette représente un « e » & un « t » liés, je l’emploie pour remplacer la conjonction « et », en tant que président de l’ARDEUR (Association pour la Réhabilitation de l’Esperluette Uniformément Répartie).

◦○☺○◦

— LMR : Pourquoi employer des mots rares ou de plus de trois syllabes ?

— MSO

C’est, souvent, afin d’éviter de longues & ennuyeuses phrases apportant une définition de ce mot ! quelquefois, parce qu’ils me plaisent ! Cependant, lors des réécritures consécutives aux lectures des manuscrits par des amis, j’essaie de limiter leur emploi.

◦○☺○◦

— LMR : Pourquoi définissez-vous toujours de nombreux mots avant d’aborder le sujet ?

— MSO

Il y a quelques années de cela, j’ai eu l’occasion amusante d’assister pendant près de trois heures, à une discussion complètement hallucinante entre deux personnes que je savais être en complet désaccord sur le sujet en débat. Pourtant, jusqu’au cinq dernières minutes, elles semblaient en parfait accord, elles ont alors réalisé qu’elles ne donnaient pas le même sens aux mots qu’elles employaient & commencé à s’injurier. Depuis, je précise toujours ce dont je parle afin d’éviter les quiproquos !

◦○☺○◦

— LMR : Combien coûtent vos livres ?

— MSO

Les versions actuelles au format pdf sont totalement gratuites. D’ici peu, je mettrai en place un système de don avec PayPal, afin de vous permettre, si ces livres vous ont intéressés, de m’envoyer, une contribution à l’achat de coûteuses documentations professionnelles relatives aux industries pétrolières, métallurgiques & minières, plusieurs milliers d’euros étant nécessaires.

Quand j’en aurai réalisé les versions au format epub, d’abord (fnac.com, immateriel.fr, numilog.com, decitre.fr, chapitre.com), puis au format kindle (amazon.fr), afin de les faire diffuser par des librairies numériques, je leur attribuerai un prix minimal, afin de rétribuer les diffuseurs, car, actuellement, plus de 60 % du prix d’un livrel (ebook en français) va au diffuseur.

◦○☺○◦

— LMR : Aimez-vous lire des fictions ?

— MSO

J’aime beaucoup les romans de fantasie urbaine, ceux de fantasie héroïque, ceux policiers, ceux de science-fiction, etc. En fait, j’aime tous les textes que j’arrive à lire d’une traite sans m’endormir. Cela en fait peu, car trop d’auteurs se perdent dans des descriptions ternes ou des états d’âme verbeux provoquant une somnolence rapide.

◦○☺○◦

— LMR : N’est-ce pas le cas de vos écrits ?

— MSO

Personnellement, je n’ai pas réussi à m’endormir en les lisant. Bien que complexes, je les trouve dynamiques & attrayants. Mais je ne suis peut-être pas tout à fait objectif !

◦○☺○◦

— LMR : Pourquoi le choix du numérique ?

— MSO

Bien que cela restreigne énormément le lectorat potentiel, déjà réduit pour des ouvrages de réflexion, c’est le seul choix écologiquement & financièrement acceptable :

* les livres sont accessibles gratuitement ;

* la distribution des livres papier impose d’augmenter le prix du livre pour intégrer les invendus ; le prix demandé correspond au coût d’impression de 1 000 exemplaires multiplié par le rapport entre le tirage & le nombre de ventes espérées ; si l’impression coûte 5 € par exemplaire, que vous pensez n’en vendre que 200 (nombre d’exemplaires vendus en moyenne pour un livre), le prix éditeur sera de 25 € ; de plus, les invendus partiront au pilon après avoir été stockés pendant un an ou deux.

◦○☺○◦

— LMR : Alors quand paraîtra la version papier refondue de Lecture, culture & fantasies<:span> ?

— MSO :

Nous dirons dans le courant de mois de juillet 2017 !

◦○☺○◦